Historique

Voici Doris

HP_doris

L’ouverture du refuge de jour a été inspirée par le cri du cœur d’une jeune femme qui tentait de survivre dans les rues. Elle s’appelait Doris.

On en sait très peu sur ce qu’était sa vie avant sa venue à Montréal, sauf que Doris était une sœur, une amie et une mère de quatre jeunes enfants. Elle a souvent été décrite comme une femme belle, vive et généreuse. Doris a abandonné sa vie à Halifax et a emménagé à Montréal.

Seule, appauvrie et luttant contre l’alcoolisme, Doris fait bientôt partie d’un nombre croissant de femmes démunies qui tentent de survivre dans la rue. Une travailleuse communautaire a commencé à interviewer les femmes vivant dans les rues de Montréal afin de déterminer leurs besoins primaires. Lorsqu’on a demandé à Doris quelle aide serait bénéfique pour la plupart des femmes vivant dans sa situation, elle a répondu : « Un endroit où aller, sans regards indiscrets ni trop de questions. »

Peu de temps après l’entrevue, le 3 novembre 1974, le corps de Doris a été découvert dans un hangar à proximité des rues De La Gauchetière et Saint-Urbain. Elle avait été violée, torturée, battue et abandonnée sans vie. Quatre décennies plus tard, son assassinat n’est toujours pas résolu.

Doris n’a jamais eu la chance de trouver son sanctuaire mais ses paroles ont contribué à aider notre refuge de jour pour femmes depuis près de 40 ans. Pour honorer sa mémoire, Chez Doris continue à offrir aux femmes un endroit sécuritaire offrant un haut niveau de confidentialité. Nos portes sont ouvertes à toutes les femmes dans le besoin; l’inclusion est notre devise.

Grâce aux nombreux généreux partenaires dans la communauté, aux bénévoles extraordinaires et au personnel, Chez Doris a grandi au fil des années. Nous avons développé et continuerons à élaborer des programmes et des services dans l’espoir de fournir aux femmes toute l’aide et le soutien dont elles ont besoin.